Rechercher
  • OM IKAMI

L'étreinte

Comme souvent et surtout lorsque se présentent les fins de cycles, les mots s'amoncèlent dans ma tête, dans mon ventre, dans ma gorge, dans mon cœur... J'ai alors le souhait et l'élan de partager ce qui a pris du temps à maturer, à grandir en moi.

Bien souvent je laisse l'énergie de ces mots poursuivre leur chemin sans alors les partager. Mais voilà, il y a peu, j'ai pris un engagement envers moi-même : faire honneur aux idées qui viennent me visiter, ne pas les ou me juger et surtout poser un acte pour les honorer et accueillir ce qui sera créé.


Voilà pourquoi en cette journée cocooning, je suis devant l'écran à écrire.


J'adore écrire. Lorsque je suis dans l'écriture, tout est instinctif, intuitif. La machine est lancée, les vibrations s'accordent entre elles et c'est parfois à la relecture que je suis surprise de découvrir ce que j'ai réussi à exprimer.


Je ne sais pas trop quelle sera l'issue de cet article. Je sais juste que mon corps m'informe que quelque chose a vraiment envie d'être exprimé, posé sur la toile, sorti de moi. J'ai comme une impatience dans le ventre. Alors je vais laisser venir. Peut-être ferai-je quelques coupes mais pour l'heure je laisse venir à moi ce qui vous sera ensuite logiquement partagé puisque je m'y suis engagée.


Il y a quelques temps je flânais sur les réseaux lorsque m'est apparu la reproduction d'un tableau d'un peintre que j'ai toujours apprécié : Gustav Klimt. L'étreinte.


J'ai reçu un souvenir en plein cœur en revoyant ce tableau pourtant connu de moi depuis longtemps. Je me suis laissée plonger dans la toile et ce que j'y ai "vu" ou plutôt ressenti m'a surprise.


Je vous laisse vous y plonger à votre tour. Prenez le temps de vous laisser imprégner.

Qu'y voyez-vous? Que ressentez-vous? Qu'expriment les protagonistes et l'ensemble de la toile de votre point de vue?


Il y a probablement quelques temps j'y aurais peut-être vu une femme réconfortant un homme ou bien un couple se donnant une dernière étreinte avant de se quitter comme pour se remercier de tout ce qu'ils s'étaient offert parce que je ne les sentais pas forcément dans la même énergie en les regardant. Oui...chacun son histoire!!


Là se fût différent.


Je me suis dit spontanément : "c'est ce que j'ai vécu!" Comme si la toile mettait enfin des mots sur un ressenti très intense et donc difficilement "contraignable" par des mots.


Il y a des personnes qui par une étreinte allument votre âme. Qu'elles soient hommes ou femmes, rencontres furtives ou véritables amies ou membres de notre famille. Il se passe quelque chose. Ce n'est même pas explicable ou factuel. Il y a des étreintes qui guérissent, qui réconfortent. Des étreintes qui stimulent, qui réveillent et motivent, qui expriment l'attachement, la joie, le bonheur, la générosité.


Et il y a des étreintes qui bouleversent à jamais par ce qu'elles offrent de plus inattendu. Je l'appellerais "l'étreinte de l'extrême"!

J'ai vécu cela. Des étreintes qui annulent toute notion du temps, toute notion d'espace. Qui provoquent même un désagrègement du corps. Rien que ça! Plus de corps. Deux êtres fondus dans une immensité, dans une nouvelle dimension créant ainsi le temps de l'étreinte, un nouveau monde.

C'est avec ce regard-là que je vois désormais cette toile. En fait les deux êtres de cette peinture se confondent et se laissent offrir et recevoir la beauté et la qualité de l'instant, je me demande si ce n'est pas le tableau de l'Amour inconditionnel (en toute simplicité!).


J'ai vécu ce type d'étreintes de "l'extrême" avec des personnes avec lesquelles je n'entretenais pas de lien amoureux mais avec lesquelles j'ai eu la chance de ressentir l'Amour. Je trouvais ces personnes extraordinaires chacune à leur manière. Simples. Honnêtes. Généreuses. L'une, par exemple, immense "cœur sur pattes", artiste, âme enfant, connecté à la vie d'une manière exceptionnelle car privé de l'un de ses sens. Il vibre la vie et l'amour et l'offre sans rétention aucune. Pur. Une autre, rencontrée récemment est artiste, danseuse, chanteuse entre autres talents et qualités et encore une autre personne qui même si elle reste encore un mystère pour moi aujourd'hui m'a permis d'expérimenter pour la première fois cette forme de recevoir. Souvenir immédiat de l'un de ces instants partagés en voyant la peinture de Klimt.


Chacun d'entre eux est un miroir qui m'a en fait permis de percevoir, de voir et de recevoir, à travers leur beauté, leur amour, leur présence, ma présence, ma beauté et l'amour que je suis aussi. C'est bien entendu ce que nous explorons dans toutes nos relations. Mais là, cela s'est joué dans l'espace-temps d'une étreinte! Intensité et pureté de la présence dans le recevoir, sans les barricades de protection.


Qu'est-ce qui fait que certaines personnes allument notre être et pas les autres?


Moi qui adore faire des câlins, j'aime à observer ce qui peut être ressenti lors de ces moments privilégiés. Ma filleule et moi avons un rituel câlin à chaque fois que nous nous retrouvons. C'est indispensable! Peu importe comment la suite du week-end se passera, si nous arriverons à passer du temps privilégié ensemble, nos retrouvailles se font en câlin de quelques minutes. On laisse les corps exprimer ce qu'ils ont à exprimer. L'énergie des retrouvailles combler les semaines où l'on ne s'est pas vues. L'étreinte harmonise l'amour et le lien que nous avons l'une pour l'autre. Pas besoin d'utiliser de mots. Ressentir. Donner. Recevoir. Ma petite nièce Anouk a toujours eu le câlin parfait. Lorsqu'on se prend dans les bras, je ne peux m'empêcher de me dire que Amma a trouvé son héritière!


Il m'est arrivé de faire des câlins à des personnes avec lesquelles je venais pourtant de partager un moment charnel et de ne pas sentir cette connexion. Prendre un "mur" ou une porte blindée dans ses bras c'est vachement moins vibrant qu'un cœur ouvert!

Car c'est bien cela, la clé du câlin réussi. Ce n'est pas que certaines personnes sont capables ou non d'allumer notre être par simple générosité du cœur bien que ça joue fortement en la faveur du câlin réussi! Il faut que l'autre soit prêt à recevoir. L'intensité de ce qu'on peut vivre lors d'une étreinte (comme lors de n'importe quelle relation) est fonction probablement de la non attente, de notre non résistance, de notre juste présence... et surtout du p.... probable clapet de sécurité posé sur le cœur de l'un et/ou de l'autre.


C'est là ma prise de conscience. Bien que je m'efforce de le déloger et d'en faire sauter les écrous, c'est un fait, encore, dans certaines situations je remets en place un clapet de sécurité sur mon petit cœur. J'ai longtemps attendu que quelqu'un d'autre le fasse sauter pour moi. En quelque sorte c'est ce qui m'est arrivé mais pas sous la forme à laquelle je m'attendais! Pas du tout! Toujours est-il, "on" nous le dit sous différentes formes, dans différentes couleurs, dans une variété de tonalités : le clapet doit sauter de l'intérieur. Je répète LE CLAPET DOIT SAUTER DE L'INTERIEUR!! et il n'y a que nous qui ayons les capacités de le faire.


Bien sûr, se faire "sauter l'clapet" n'est pas un chemin de douceur et de quiétude immédiate et il nécessite de replonger et de retraverser les blessures de dingues qui ont amené ce petit clapet voire cette méga porte blindée à prendre "matière" au niveau de notre cœur.


On peut donc avoir fait sauter le "clapet de sécu"(ou l'impression de l'avoir fait car c'est souvent un chemin à plusieurs étapes), il n'en reste pas moins que si l'autre en face de nous à toujours le sien bien en place et qu'il ou elle se barricade encore plus dans ces moments d'intimité c'est beaucoup moins vibrant, moins intense.


Note : Par intimité j'entends la jolie définition de Christiane Singer : "Les gens pensant que l'intimité c'est le sexe. Mais l'intimité concerne la vérité. Lorsque vous réalisez que vous pouvez dire votre vérité à quelqu'un, lorsque vous pouvez vous montrer à lui/elle tel/le que vous êtes réellement et que sa réponse est : "tu es en sécurité avec moi", c'est cela l'intimité."


Et si nous offrions notre vérité à l'autre en nous libérant de ce qui entrave notre cœur? Et si nous accueillions la vérité de l'autre? le temps d'une étreinte ou plus!?


Je vous propose de faire l'expérience avec des personnes qui vous sont proches. Postez-vous l'un.e devant l'autre et prenez vous dans les bras. Simplement. Connectez-vous à l'espace de votre cœur et ressentez. Laissez-vous être. Laissez-vous recevoir. Recevez l'autre. Accueillez ces minutes d'éternité et faites le plein d'amour!


Christine CHAMPAGNE

OMIKAMI©

89 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout